Association "Paysages et patrimoine" de la communauté de communes du canton de Prayssas.

 

 

 

 

 

 

St Jean de Prayssas - Lesterne - Arpens - Castillou
Le clocher de l'église Saint Jean-Baptiste de Prayssas se dresse fièrement au-dessus de la campagne et des coteaux comme un phare rassembleur :on le voit de presque partout en parcourant les routes du canton, et de fort loin.
L'église se compose de deux parties, l'une gothique, l'autre romane. La partie romane comprend un chœur terminé par une abside en hémicycle. La voûte du chœur en berceau plein cintre retombe sur un bandeau chanfreiné. Elle est décorée de fresques du 15ème siècle, dont il subsiste des fragments, représentant les quatre évangélistes et leurs attributs respectifs. L'arc triomphal en plein cintre est supporté par deux pilastres couronnés d'un bandeau biseauté. "
En raison de la grande simplicité de plan de cette église, elle est considérée comme datant du XIème siècle. Une église plus ancienne serait sans doute enfouie sous l'abside, dont le sol est situé 1m50 au moins plus bas que le reste de l'église.
L'abside, qui a pendant longtemps servi d'appui au mur de l'ancienne mairie aujourd'hui disparue, est flanquée de deux contreforts peu saillants. Sa corniche est ornée de modillons représentant des animaux variés et des têtes humaines primitives.
Un portail renaissance s'ouvre à l'ouest, et une porte au midi.

Mentionnée en 1153, parmi les possessions de l'abbaye de Sarlat, comme dépendant du prieuré de St Sardos, l'église de Lesterne " est sur une plaine élevée " de laquelle on a une belle vue sur Prayssas dont elle est distante d'environ trois kilomètres.
Elle est formée d'une nef unique, de deux travées, terminée par un chœur pentagone. Cette nef fut d'abord voûtée puis lambrissée en " forme de nef ".On remarque sur les murs la trace des arcs supportant la voûte, dont les nervures descendent jusqu'à terre, formant un faisceau de colonnettes prismatiques. A gauche se trouve une chapelle voûtée en ogive, dite chapelle de l'évangile, dans laquelle subsiste un autel de pierre. Les retombées d'ogives sont ornées de visages humains primitifs.
Le portail est ouvert au midi et protégé par un large auvent. Encadré de deux pinacles en mauvais état, il présente des moulures prismatiques.On y voit aussi des feuillages sculptés. Selon les historiens, cette église pourrait être de la fin du 15ème siècle. Des travaux de restauration ont été entrepris, puis arrêtés voici quelques années. Cette église mérite qu'on la sauve de la ruine.



L'église d'Arpens se dresse sur un coteau, au milieu de trois ou quatre maisons.
Elle possède une seule nef, rectangulaire, se terminant par un chœur voûté en cul de four, moins élevé que la nef. Il y a trois contreforts et trois fenêtres, dont une murée.
Elle était lambrissée, mais à ce jour il ne reste de visible que la charpente Les chapiteaux de l'arc triomphal sont sculptés de feuillages et d'animaux.
Sur le mur du midi, on relève la trace d'une petite porte en plein cintre, murée, surmontée de trois sculptures à demi rongées. Celles du centre et de gauche figurent des visages humains. A droite, un corps sans tête.
Son clocher arcade, caractéristique des églises de l'Agenais repose sur deux énormes contreforts. Il présente des moulures prismatiques qui le font dater du 16ème siècle.




Située à environ deux kilomètres d'Arpens, au milieu des champs, l'église de Castillou eut un passé mouvementé : fortement dégradée par les guerres de religion, elle était toujours découverte en 1694. Par la suite, en 1776, menaçant ruine, elle fut interdite.
Selon une inscription sur un linteau, notée par le chanoine Durengues, (qui a consacré une monographie aux églises du département), elle aurait été reconstruite sur le même emplacement en 1783. L'église de Castillou présente une nef rectangulaire se terminant par un chœur à pans coupés, éclairé d'une seule fenêtre en plein cintre. Elle est lambrissée, et ses murs bruts en pierre accrochent la lumière qui entre par les fenêtres du midi, ainsi que par la chapelle latérale, à la voûte en ogive, dédiée à la Vierge.
A droite, une porte basse mène à la sacristie. Sur le linteau de cette porte est sculptée une figure humaine primitive.

Animation, tourisme et loisirs du canton de Prayssas - Mail: atl@prayssas.com
haut de page